"Vous tombez bien, je vous attendais..." Comment préparer votre rencontre avec un biographe ?

May 3, 2019

Vous êtes décidé. Le rendez-vous avec le biographe est pris, vous pensez pouvoir retourner à votre émission préférée, à votre jardin ou votre activité favorite. Pas si vite ! Il serait utile, en effet, que vous prépariez un peu son arrivée.

 

Certes, lorsqu’il sera face à vous, le biographe saura mener les entretiens, écrire votre récit, tourner les phrases mieux que vous vous sentez capable de le faire, mais la biographie ne se limite pas à ces étapes techniques.

 

 

Ne négligez pas la préparation mentale

 

Vous allez devoir parler de vous, de ceux qui vous sont chers, de ceux avec qui vous avez été en conflit… Vous évoquerez vos expériences, belles ou moins belles, celles qui vous auront fait grandir, celles qui vous auront comblé de joie ou celles qui vous auront gâché la vie.

 

Sans totalement vous mettre à nu, le récit de vie nécessitera de vous certains efforts d’exhaustivité pour son bon déroulement. Comment parler d’une situation s’il n’a pas été possible de parcourir à nouveau le chemin qui vous a conduit à cet endroit, là, précisément ?

 

Vous êtes à l'automne de votre vie ? Vous envisagez cette écriture comme un moyen de revenir sur les années où vous étiez en pleine possession de vos moyens ? Vous êtes passé de l’enfance à l’âge adulte, vous avez travaillé, vous avez élevé vos enfants, vous vous êtes investi dans le monde associatif, vous avez défendu ou soutenu une cause… Vous vous êtes « enivré » comme recommandait de le faire Baudelaire. Tant et si bien que faire surgir à nouveau ce temps béni révélera, en creux, celui qui n’est plus.

Rassurez-vous, le récit pourra se transformer en véritables moments de plaisir pour peu que vous vous gardiez de verser dans une mélancolie excessive.

 

 

 

Réunissez vos souvenirs

 

Quel âge aviez-vous lorsque vous êtes arrivé à tel endroit ? En quelles années sont nés vos frères et sœurs ? D’où venaient vos parents ? De quoi vivaient-ils ?

Le face-à-face avec votre biographe se transformera parfois en un véritable interrogatoire… souvent bien agréable.

Ces précisions solliciteront votre mémoire, ou vous conduiront à effectuer quelques recherches dans les documents de famille.

 

Parler de soi c'est aussi parler de ceux qui vous ont précédés. Ne négligez pas cette étape. Si vous le pouvez, renseignez-vous sur l’origine de votre famille, les prénoms et les noms, les lieux d’existence et les métiers...

 

Puis, vous évoquerez votre propre histoire… À quel endroit êtes-vous né ? Quel était le nom de vos camarades de classe, de vos voisins ? À quel âge avez-vous appris à faire du vélo ? Quelle a été la marque de votre première voiture ? En quelle année avez-vous acquis votre première télévision ? Comment appeliez-vous votre grand-mère ? Quelle a été votre plus grosse bêtise ? Quels commerces ou artisans trouvait-on dans votre village, dans votre rue ?

Votre récit sera grandement facilité par votre capacité à anticiper ce type de question.

Il ne s’agira pas uniquement de dates ou de noms, ce serait trop simple… On pourrait aussi vous demander : quels étaient les mots qu’utilisaient vos parents pour vous réprimander ? Quelles manies avaient vos parents ? Quels traits les caractérisaient ? Quelle a été votre émotion lorsque vous avez revu telle personne ? Quelle était l’odeur de la cuisine familiale ? Quel plat vous rappelle votre enfance ? De quoi aviez-vous peur ?

 

Ces exemples ne vous parlent pas ? Peu importe. Gardez cependant l’idée de brasser vos souvenirs en tous sens, afin de faire revenir des images et des sensations.

L’intérêt d’un récit de vie réside aussi dans le décalage entre le monde d'hier et celui d'aujourd'hui. Cette mise en perspective prend toute sa valeur dans les yeux des générations suivantes qui découvriront à cette occasion comment et dans quelles conditions leurs aïeux ont vécu.

 

 

Ouvrez vos cartons, vos albums photos 

 

Vous souhaiterez illustrer votre histoire ? C’est l’occasion d’extirper de vos malles, boîtes et albums certains objets et photos. Prenez votre temps et savourez vos découvertes…

 

Une médaille, ou décoration, un béret, un bijou, une pipe, un martinet (eh oui ! certains possèdent encore ce genre de matériel), une paire de lunettes ou une montre à gousset, un poste TSF, un drap brodé par votre grand-mère, une œuvre d’un parent… une navette de métier à tisser, un moulin à café, une paire de galoches, une pièce de dix francs… que n’a-t-on pas conservé dans nos armoires ou nos remises ?

Après dépoussiérage, ces objets pourront être photographiés et servir d'illustration à votre livre.

 

Avez-vous conservé d’anciennes photos ? Sans doute, mais les noms sont-ils notés à l'arrière de celles-ci ? Les plus anciennes sont en général d'une grande qualité, quant à celles des années 1970 ternes et aux couleurs marron orangé, un traitement numérique peut leur rendre un aspect tout à fait correct !

 

Attention, une biographie n’est toutefois pas un album photo. Il vous reviendra de choisir les éléments qui illustrent votre propos et le mettent en valeur.

Enfin, les documents papier trouveront également leur place : diplôme, acte notarié, carte grise, permis de conduire, article de journal, facture, discours... extrait d’un cahier scolaire…

 

 

Lorsque vous aurez savamment préparé tout cela, lorsque vous aurez fouillé au plus profond de vos souvenirs et retenu ceux qui vous tiennent à cœur, je frapperai à votre porte.

Alors vous me direz avec un sourire : « Vous tombez bien, je vous attendais ».

 

 

 

Please reload